Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Agenda 2018

calendrier2018

Compteur visiteurs

1409553
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine dernière
Ce mois
Mois dernier
au total
764
2717
3481
1370211
73921
285537
1409553

votre IP: 54.80.83.123
24-09-2018 20:46

Historique du CDPM

Pratiquer la pétanque à Mayotte...

histoire976Oser aborder un tel sujet a fait beaucoup sourire en métropole, à La Réunion, et même... à Mayotte à l'automne 2008. Mais il est des plus sérieux. Pourquoi ne devrait-on toujours évoquer que le football, le basket, le handball et l'athlétisme ? Tout le monde a en mémoire, la découverte stupéfiante d'une rencontre pétanque à Mayotte aussi passionnée que celle de Marseille.
Il était devenu indispensable de savoir comment ce sport-loisir avait traversé les mers pour s’implanter là, en Petite puis en Grande Terre. Elle apparaît tardivement à Dzaoudzi, dans les années 1950.
Comme les documents officiels administratifs n’évoquent pas de vol de boules de pétanque, ni de blessure liée à un concours endiablé, tout laisse supposer qu’il s’agissait d’un loisir. Selon des photographies et de nombreux témoignages, l’administrateur supérieur joue à la pétanque en 1958 avec le directeur des travaux publics et les gendarmes dans le jardin de Dzaoudzi entre l’hôpital et la Résidence.
Les Mahorais ne comprennent alors pas grand-chose à ce jeu de Mzungu. Mais au fil des années, des marins des navires de guerre comme L’Orage et l’Ouragan (entre 1978 et 1986) ont organisé des concours de pétanque pour tous, lors de leurs escales à Mayotte…. et laissaient leurs boules en quittant la rade.
Les légionnaires venus de Marseille et de Carcassonne semblent avoir beaucoup joué dans leurs quartiers et à l’extérieur, organisant eux aussi des concours à l’entrée avec la population. Il faut dire que gendarmes et légionnaires avaient à l’époque un club de pétanque. D’ailleurs, très officiellement, le Dlem avait demandé une autorisation d’organiser la coupe de Mayotte sur le site de l’ancien cercle franco-mahorais en octobre et en décembre 1989 reportée en janvier et mars 1990 en raison des pluies.
Les seconds grands promoteurs de la pétanque à Mayotte, sont les réfugiés de Madagascar, malgaches ou d’origine indienne. Ils sont arrivés avec leurs boules. Ils se retrouvaient principalement en Petite Terre devant « l’AJP » et à Labattoir sur l’ancien site de la mairie.
Ils ont crée le premier club de pétanque de l’île à Pamandzi : le Racing.
On venait de Grande Terre pour jouer et faute de transport…les parties duraient toute la nuit ! Peu à peu, à partir de 1985, des passionnés tentent d’organiser la pétanque.
Les premiers échanges se font en 1986 avec la Réunion et en 1989, une triplette est envoyée en métropole. C’est au cours de cette même année qu’un comité départemental de pétanque voit le jour.
On continue de jouer à Dzaoudzi, mais ce sont désormais les jeunes gens travaillant à l’hôpital qui font quelques parties pendant leur pause.
La pétanque va aussi barger, mais lentement. En 1958 déjà, si l’épouse de l’administrateur jouait au volley à Mamoudzou, le responsable du service des domaines se souvient de longues parties de pétanque sur l’ancienne place devant…la gendarmerie.
L’image de jeu de loisir perdure. Les Mahorais de Grande Terre prennent le temps avant de se passionner. Les clubs créés résistent mal au départ de leurs initiateurs que ce soit à Koungou ou à Ouangani. L’alchimie prend doucement. En 2008, on comptait 21 clubs de pétanque presque tous affiliés à la fédération (FFPJP), de Sada à Bandrélé, de Kani Kéli à Handrema et de Mamoudzou à Petite Terre… mais aucun dans le nord ouest de Mayotte, resté à l’écart du jeu provençal.
histoire 976

Les 300 licenciés de 2006 et les 334 de 2007 sont certes moins nombreux que les 9231 footballeurs ou les 2317 handballeurs, mais finalement, ils font jeu égal avec les athlètes : 339 licenciés dans 21 clubs !
Si au club de "Boules au but de Mamoudzou" les 38 boulistes de 2001 sont 58 en 2008, il s’est passé quelque chose dans le monde de la pétanque à Mayotte. L’accent a été mis sur la formation des jeunes.
La pétanque a commencé timidement à faire son entrée à l’école dès 1999. Depuis la convention du 6 novembre 2008, elle sert d’activité support à l’enseignement de l’éducation physique et sportive des établissements du secondaire et l’UNSS organise les premiers championnats académiques de Mayotte. De nouveaux talents vont éclore comme ce fut le cas pour d’autres sports.
« 100% Mayotte » a même consacré toute une émission, en mars 2009, à la pétanque. Toutes les conditions sont désormais réunies pour que cette activité passe de la catégorie loisir à celle de sport demandant une technique et une stratégie. Si le comité organise en moyenne 36 concours par an et participe à des tournois régionaux, envoie des boulistes aux championnats de France, il devra sans doute organiser davantage de rencontres sur des boulodromes équipés au-delà de Pamandzi, Cavani et Sada. Mais quand on est à Mayotte on est proche de Madagascar et c’est entre la France et la Grande Ile que se disputent les titres de champions du monde de pétanque. Mayotte n’est-elle donc pas géographiquement et techniquement bien placée pour dans quelques années être membre d’une doublette ou d’une triplette de l’équipe de France lors de ces échéances mondiales ?

Par Isabelle DENIS, Universitaire à Paris

Travail de recherche en histoire effectué en 2008-2009 pour un colloque organisé à l’université de la Réunion, consacré aux transferts culturels dans l’océan Indien au XIXè et XXè siècles, du 25 au 28 novembre 2008.
Une version… un peu plus longue a été publiée : « Du pain et de la pétanque à Mayotte » voir Revue d’Histoire de l’Océan Indien, volume 5, Saint-Denis de la Réunion, octobre 2009.
Tous mes sincères remerciements à ceux qui ont accepté de répondre à mes questions lors de mon séjour en octobre 2008.
Copyright (c) Pétanque Marohaise 2018 - All rights reserved.